Céline David/ janvier 25, 2019/ Mots en chemin/ 2 comments

Voilà un tout petit peu plus de 2 semaines que ce blog est en ligne. Dans le premier article « Sur le chemin de l’autoédition », j’avais évoqué l’idée de noter le temps passé à la fois sur l’écriture des articles et sur le montage du projet d’autoédition.

Je crains de ne pas pouvoir être très précise, du moins en ce qui concerne l’écriture des articles. Je grappille du temps par-ci par-là entre ma vie professionnelle et ma vie personnelle et il est rare que j’écrive un article d’une traite.

Pour la présence sur les réseaux sociaux, je dirais que cela se résume à une dizaine de minutes tout au plus par jour. Je ne compte pas le temps que je passe à explorer les publications de mon fil d’actualité… Ça, c’est une toute autre chose…

À défaut de pouvoir quantifier, planifier

Vous allez vous en rendre compte rapidement, je suis quelqu’un d’organisée. Quand on tient à le rester, constituer un calendrier n’est donc pas une idée saugrenue.

Ce calendrier est double. Il est constitué à la fois de ce que je publie ici, des étapes pour arriver à l’auto-édition d' »À juste titre » et de tout ce qui se rattache à mes projets d’écriture en cours que je ne veux pas négliger.

Y travailler m’a poussé à réfléchir aux délais que je souhaitais me fixer : pour la relecture et les corrections, pour la mise en page et le formatage du fichier (numérique et papier), pour la conception de la couverture, pour le rythme de publications sur le blog, etc.

Ce calendrier est une base de travail qui, j’en suis certaine, sera amené à évoluer. Certaines étapes vont peut-être me prendre plus de temps que d’autres et inversement.

Voilà donc un petit aperçu :

Je n’ai pas été chercher bien compliqué en terme de logiciel puisque je l’ai réalisé sur Excel. Je n’ai pas d’alertes mais l’ai suffisamment en tête pour m’en souvenir. De plus, je programme la publication des articles avec une semaine d’avance pour ne pas me laisser déborder et avoir le temps de les relire et de les peaufiner.

L’objectif principal est donc de mettre en ligne « À juste titre » début mai… et de faire en parallèle tout ce qui est indiqué sur ce planning : répondre à des AT (appel à textes) et écrire un chapitre par semaine minimum pour mon projet actuel.

Planifier pour réaliser

Il aurait été possible bien sûr, de se lancer comme ça, sans fixer de délais, de date butoir, de deadline… J’ai horreur de travailler dans l’urgence et devoir produire aujourd’hui quelque chose qui aurait dû être rendu la veille. Néanmoins, savoir un peu plus où je vais sur ce chemin de l’autoédition me rassure déjà en partie.

Je visualise mieux les étapes que je vais devoir accomplir et le travail qui m’attend pour les prochains mois. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a du pain sur la planche !

Share this Post

2 Comments

  1. Quel programme ! Comment vas-tu faire pour ne pas te mettre trop la pression s’il y a un décalage entre le planning et la réalité ?
    Bon courage en tout cas, c’est très motivant de voir tes projets se concrétiser !

  2. Merci Vylma !
    Concernant la pression, j’essaye de ne pas le voir comme ça. Ce planning est davantage source de motivation, du moins pour l’instant ! Et visiblement, il n’y a pas que moi que ça motive 😉 !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*