Céline David/ mai 28, 2019/ Mots techniques/ 2 comments

Comme promis dans mon article de la semaine dernière, je reviens aujourd’hui plus en détails sur la plateforme SimPlement.pro et sur mon expérience d’utilisatrice.

Pour rappel, ce site propose de mettre en relation auteur‧e‧s et chroniqueur‧se‧s facilitant ainsi l’envoi de services de presse en échange de chroniques.

Anticipation et organisation

Vous allez me dire que je n’ai que ce mot-là à la bouche en ce moment : « anticipation ». Vous avez raison ! Mais si je ne jure que par lui c’est parce qu’il est crucial. Si vous souhaitez avoir des chroniques prêtes au moment de la sortie de votre roman, il est primordial d’anticiper la mise en ligne de votre SP pour permettre aux chroniqueur‧se‧s d’avoir le temps de lire votre service de presse et de rédiger la chronique s’y rattachant.

Vous le constaterez rapidement : la plateforme est relativement simple d’utilisation. Une fois votre inscription réalisée, il vous suffira de créer un service de presse correspondant à votre livre en complétant les renseignements demandés. Je signale au passage que l’inscription est gratuite. Seuls certains services sont payants : faire remonter son service de presse en tête de liste, inviter plus de 60 chroniqueur‧se‧s, etc.

Parmi les critères les plus importants à prendre en compte : la date jusqu’à laquelle vous voulez que votre SP soit disponible et le format sous lequel vous souhaitez le proposer : physique, numérique ou les deux.

Dans un premier temps, j’ai rendu « À juste titre » disponible jusqu’à la date de sa sortie aussi bien en SP numérique qu’en SP physique. Au départ, je ne pensais pas le proposer en SP physique. Et puis, j’ai rapidement constaté que les épreuves que j’allais commander pour contrôler les derniers ajustements de mise en page, finiraient par me rester sur les bras. Hors de question de les jeter ni même de toutes les conserver : j’ai alors eu l’idée de les proposer en SP.

Au total, j’ai commandé six épreuves que j’ai pu envoyer à six chroniqueur‧se‧s. Une fois que ce stock épuisé, j’ai modifié la fiche du SP pour qu’il ne soit plus qu’en format numérique.

J’aurais pu continuer bien sûr à suivre le même principe mais il fallait se rendre à l’évidence : cela a un coût ! Au prix de l’épreuve que vous commandez auprès de votre plateforme d’édition, il faut ajouter celui de l’affranchissement postal, voire des pochettes à bulles nécessaires à l’expédition et pour peu que les chroniqueur‧se‧s ne soient pas en France, la facture grimpe vite !

Je ne regrette pas pour autant d’avoir procédé ainsi. En effet, bon nombre de chroniqueur‧se‧s ont une nette préférence pour les SP physiques, ce qu’en tant qu’amoureuse de l’objet livre, je comprends parfaitement.

Mais revenons à nos moutons !

Invitations, discussions et chroniques

Une fois votre SP en ligne, vous avez soit le choix d’attendre que des chroniqueur‧se‧s postulent pour le lire, soit de les inviter à le faire. Vous pouvez vous reposer sur le premier choix mais je vous conseille fortement d’appliquer le second également en lançant des invitations, sans toutefois le faire à tort et à travers.

Soyez vigilant‧e‧s aux points suivants :

  • quelles sont les préférences de format des chroniqueur‧se‧s repéré‧e‧s ?
  • quels sont leurs goûts littéraires ?
  • leur dernière connexion sur leurs profils est-elle récente ?
  • quel est leur niveau de confiance ?
  • sur quelles plateformes la chronique sera-t-elle relayée ? blog ? Facebook ? Instagram ? Babelio ? Livraddict ?

N’hésitez pas à consacrer un peu de temps à choisir les personnes auxquelles vous enverrez des invitations et à peaufiner le message qui les accompagnera : c’est toujours mieux de donner une première impression positive.

Toutes vos invitations n’aboutiront peut-être pas mais certaines donneront lieu à de belles rencontres et vous permettront d’échanger avec un panel de premier‧e‧s lecteur‧trice‧s.

En conclusion, pour que cette plateforme vous apporte ce que vous en attendez, il vous faut un minimum d’investissement : anticiper la mise en ligne, soignez votre présentation (auteur et livre), envoyez des invitations avec un message accrocheur, consultez régulièrement votre profil pour répondre aux éventuels messages et demandes…

Il ne vous reste plus dès lors qu’à prendre connaissance des chroniques que vous recueillerez !

Share this Post

2 Comments

  1. Je ne savais pas du tout que ça existait… Mais c’est logique ! Est-ce que cela a donné lieu à de belles rencontres pour toi ? 🙂

  2. Oui, d’autant plus que c’est toujours intéressant d’échanger avec d’autres lecteur.trice.s !

    Cela m’a permis de récolter plusieurs chroniques qui je l’espère donneront de la visibilité à À juste titre, du moins j’y travaille en les relayant sur les réseaux sociaux.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*